Entropie

L’inspecteur Atkins aurait dû mourir il y a vingt ans s’il n’avait pas bénéficié de l’invention d’une machine révolutionnaire : le Caladrius. Cette dernière permet de transférer la conscience d’une personne dans un nouveau corps et d’ainsi la soustraire à la mort.

Un nouvel âge d’or semble s’ouvrir pour l’humanité. Alors pourquoi, un par un, les ressuscités de cette première vague se suicident-ils?

 

Extrait :

« Dire qu’Elliot devait aujourd’hui rencontrer une légende… À quelques kilomètres vers le nord, dans la direction où filait l’avenue suspendue à dix kilomètres du sol, se dressait la tour Zhongli. L’archiconnu et pourtant mystérieux Han Zhongli y vivait, reclus dans les milliers de mètres carrés que la municipalité lui cédait gracieusement. Ce scientifique avait, il y a vingt ans, transcendé le destin de l’humanité en mettant au point un prototype révolutionnaire : le Caladrius. Un gros piaf mécanique exploité depuis par le conglomérat Clearsky et capable d’atteindre ce que les anciens avaient appelé de bien des noms durant les siècles passés.

L’immortalité. »

 

On en parle :

« Avec Entropie Julie Limoges nous entraîne avec l’inspecteur Elliot dans une intrigue policière qui a pour cadre un futur peu réjouissant. Une vague de suicides affecte des « nés à nouveau », hommes ou femmes ayant bénéficié d’une régénération prolongeant leur vie. L’histoire est fouillée, les personnages ont une véritable épaisseur et l’ensemble, sans être vraiment original n’en est pas moins de bonne qualité. »
(Didier Reboussin, Yozone)

 

Où la trouver :

Revue Etherval

 

 

Publicités