Présentation du roman

L’univers :

Les frontières sombres est un roman fantastique se déroulant dans une mégalopole sans nom à la veille de l’an 2000. La vie citadine, trépidante et frénétique, poursuit son cours dans les canyons profonds que sont les avenues au pied des tours. Les jours et les nuits passent, avalent les succès et les regrets des hommes qui travaillent sans relâche jusqu’à la mort. Des esclaves bien inconscients qu’autour d’eux, évoluent des créatures venues d’autres Mondes.

Cette mascarade, maintenue par des élites corrompues par leur rêve de puissance, plonge ses racines dans les entrailles de la ville, dans une cité sans âge blottie dans un lieu où l’espace et le temps fluctuent au gré des vents immatériels : la Citerne.
Ici, les représentants des Sur-mondes et des Sous-mondes s’invitent, avides des richesses et des ressources que le monde humain, à la croisée de l’esprit et de la chair, a à offrir.
Ici, la survie de l’Humanité se joue au jour le jour, pendue au fragile accord censé garantir sa neutralité et donc son autonomie dans le conflit opposant les Âmes et les Carnés.
Un équilibre précaire menacé par les groupuscules humains en lutte contre un gouvernement pantin que par les sectes de tous bords œuvrant dans l’ombre pour la victoire de l’un des deux camps.

Un moment suspendu avant le chaos à venir.

Car il existe des portes qui s’ouvrent et se ferment chaque seconde entre les Mondes, aussi innombrables que les étoiles qui percent parfois le plafond de pollution. Elles se forment au gré des vents immatériels qui parcourent l’éther entre les différentes réalités. Elles créent des points d’ancrage, des rouages, qui stabilisent et égalisent les forces. Il suffirait d’un tout petit grain de sable pour rompre cet équilibre.

Un tout petit rien de la taille d’une bille, mais au chant plus vaste que l’infini.

 
Les intentions :

Dans ce roman, une attention particulière est portée à la psychologie et à l’évolution des personnages.

Les interactions entre les protagonistes, combinées à leurs tempéraments et leurs buts contradictoires, sont l’un des principaux moteurs de l’intrigue. Leurs relations sont volontairement ambiguës et floues, reflet de leur monde où la réalité est devenue une notion fugace et incertaine, voir un luxe. Le conflit entre le corps et l’esprit, dû à la pression constante des autres Mondes, est profondément ressenti par les personnages quelle que soit leur origine. Il crée notamment de graves troubles chez l’un d’entre eux, déjà affaibli par sa consommation d’alcool et de drogues. Il cause aussi des modifications mentales ou physiques chez d’autres, et peut même tout simplement les détruire.
Cette influence s’exerce d’une façon identique au niveau urbain, météorologique ou végétal. Loin d’être figés et froids, la ville et son environnement changent et évoluent de manière subtile. Cette transformation est plus ou moins visible ou perçue selon le personnage narrateur. L’objectif est ici de représenter le monde comme un tout, un vaste magma respirant et se métamorphosant en permanence.

L’intrigue se présente sous la forme d’une enquête menée par les deux protagonistes aux passés communs et personnels lourds. Elle les entraîne dans des lieux divers qui nous dévoilent l’univers au fur et à mesure. Sa progression permet d’avancer dans la trame, mais aussi de découvrir le passé des personnages et leurs vraies motivations ou personnalités.

Le côté volontairement visuel de la narration et des descriptions sert à faire ressortir l’influence des séries télévisées. Il met en avant les ambiances moites et sombres d’un milieu urbain tentaculaire, à la fois écrin et acteur de l’histoire.

L’alternance entre les passages réfléchis et sensitifs et ceux violents et presque viscéraux vise à matérialiser la dualité entre le corps et l’esprit jusque dans l’articulation même du récit.

 
Les thèmes :

Les thèmes abordés sont ceux de la souffrance, de la folie, de la vengeance, de la mort ou de son absence, et de l’acceptation. Ils sont amenés et développés via les personnages au fil de l’histoire, mais aussi via l’agencement des chapitres. Leur ordre donne une résonnance à certaines scènes ou idées en en augmentant la portée au-delà du cadre de leur chapitre et en créant un écho entre les points de vue des protagonistes.

 
La construction :

Les frontières sombres est un roman construit sur une trame scindée en six tomes.
Les tomes sont conçus à la manière des épisodes d’une série télévisée et composant deux saisons de trois épisodes chacune. Chacun ouvre, développe et conclut le fil qui lui est propre, tout en poursuivant la trame principale du récit.
Les chapitres sont disposés à la façon d’un grand puzzle et ne sont donc ni linéaires ni chronologiques. Le texte est écrit à la première personne du singulier, et a recours à plusieurs narrateurs, identifiés ou anonymes.

La structure du roman est faite pour dérouter le lecteur dans un premier temps. Puis, les chapitres se multipliant et s’articulant, l’identité des narrateurs et la chronologie réelle des passages deviennent claires. Elles permettent de reconstruire petit à petit le cours des évènements et apportent un éclairage nouveau sur l’histoire.

L’objectif de cette architecture est de parvenir à des points où passé, présent et futur s’entremêlent pour révéler les éléments cruciaux de l’intrigue.

 

 

 

Publicités